Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un petit geste pour la planete

bonial – promos et catalogue en ligne – un petit geste pour la planète

Pages

Mes livres sur Babélio

Publié par nefer13500

 

 

 

 

2a65dedb

 

 

Le "livre qui ne peut pas attendre" a connu un succès incroyable dans les librairies argentines et au-delà. Dès lors que le film plastique qui protège le livre a été arrachée, l'encre disparaît au bout de 60 jours. 

 

Produits par une maison d'édition argentine, les ouvrages à l'encre effaçable ont séduit les consommateurs latino-américains. Les éditeurs français sont perplexes.

 

Achèteriez-vous un livre dont l’encre s’efface au bout de 60 jours ? Sans réelle étude de marché, une maison d’édition argentine, Eterna Cadencia (cadence éternelle), a tenté ce pari fou. Et les consommateurs ont visiblement trouvé l'idée séduisante.

 

Au départ, il s’agissait de soutenir les jeunes auteurs latino-américains en publiant une anthologie de nouvelles "El futuro no es nuestro". Eterna Cadencia souhaitait sensibiliser le public à la cause de ces jeunes auteurs. Si leur premier ouvrage n’est pas lu, vous ne lirez pas le second car il ne sera pas écrit, expliquait en substance l'éditeur. Cette opération marketing a conquis l'Argentine mais aussi autres pays d’Amérique latine. Le premier tirage de "El libro que no puede esperar" (le livre qui ne peut pas attendre) a été épuisée en deux jours ! Et l'éditeur affirme qu'au global, ses ventes ont progressé de 43%.

 

60 jours et pas un de plus dès que le livre a été ouvert

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Source yahoo

 

 

 

 

 

k 3

 

 


Commenter cet article