Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un petit geste pour la planete

bonial – promos et catalogue en ligne – un petit geste pour la planète

Pages

Mes livres sur Babélio

Publié par nefer13500

 

 

 

....un triste pas pour l'humanité

 

 


 

asxc.jpg

 

 


 

Neil Armstrong naît en 1930 et il n'a donc que 9 ans lorsque la seconde guerre mondiale éclate. Or c'est pendant ce conflit que les premières fusées sont inventées : il s'agit des missiles allemands V2, conçus afin de pouvoir bombarder des villes lointaines sans risquer la perte de nombreux avions. En 1945, les Etats-Unis et l'URSS pillent les laboratoires allemands et mettent les chercheurs qui y travaillaient à leurs services respectifs. Rapidement, des missiles modifiés sont mis au point pour tenter d'atteindre l'espace. D'ailleurs, Wernher Von Braun, le 'père' des V2, participera au programme spatial américain et notamment à la conception de la fusée Saturne 5 des missions Apollo.

 

Pourtant, à la fin des années 1950 et aux débuts des années 1960, ce sont les Soviétiques qui obtiennent toutes les grandes premières spatiales : premier satellite artificiel, premier animal puis premier Homme dans l'espace, etc. Ces humiliations vont conduire les Etats-Unis à réagir et à se lancer dans la course à la

 

 

Lune. Bref, à l'époque où Neil Armstrong pose sa candidature pour devenir astronaute (en 1962), le domaine de l'aéronautique est en plein développement grâce à un soutien aussi bien politique (et donc financier) que populaire.

 

 

 

Tout le monde connait sa célèbre phrase : "That's one small step for [a] man, one giant leap for mankind" 

(un petit pas pour l'homme, un grand pas (ou un bond de géant) pour l'humanité".

 

On écrira des lignes pour savoir si l'astronaute américain a bien prononcé le «a», ce qui change le sens de la phrase («Un petit pas pour UN homme, etc.» entendu alors par près de 450 millions de terriens (il y avait à peine 3,5 milliards d'habitants en 1969), ou si c'était les parasites qui avaient mangé le pronom.

 

 

Le voilà désormais très et à jamais près des étoiles

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commenter cet article